fbpx
skip to Main Content

Les YouTubeurs : bonne publicité ou honte pour la boxe ?

« Soyons honnêtes : Jake Paul n’est pas un putain de boxeur, c’est un putain de gamin de YouTube » a lâché Dana White au micro de Mike Tyson. Qu’on le veuille ou non, le youtubeur en question va effectuer son deuxième combat professionnel le 17 avril prochain contre le combattant de MMA Ben Askren. Son frère Logan devrait affronter Floyd Mayweather Jr prochainement. La multiplication des combats entre célébrités au cours de ces deux dernières années jette indiscutablement une lumière bienvenue sur notre sport, mais elle soulève également un certain nombre de questions éthiques sur lesquelles il reste difficile de trancher.

Logan Paul lève le bras de son frère, Jake, suite à sa victoire lors de son premier combat professionnel, en novembre 2020.

Le 3 février 2018, Olajide Olayinka Williams  » JJ  » Olatunji alias KSI et Joe Weller sont devenus les premiers YouTubeurs à s’affronter sur un ring. Après un an de joute verbale sur les réseaux, les deux Anglais ont décidé d’en venir aux mains dans le cadre d’un “championnat de boxe YouTube”. On pourrait en rire si leur combat n’avait pas été regardé en direct par 1,6  million de téléspectateurs et vu plus de 20 millions de fois sur YouTube. A titre de comparaison, le combat opposant Tony Yoka à Christian Hammer “a réuni en moyenne 425 000 abonnés, avec un pic à 506 000 téléspectateurs” rapporte le magazine l’Equipe.

Après avoir remporté ce combat, KSI n’a pas manqué de lancer le traditionnel défi, à “Jake Paul, Logan Paul ou n’importe quel autre membre de la famille Paul”. L’aîné des deux frères a répondu présent devant les perspectives financières et médiatiques offertes par un tel événement. “Pour voir le combat (…), comptez entre 90 et 550 euros le billet (et) pour le voir en streaming, il faudra débourser huit euros” explique le journal Le Monde. Les bénéfices partagés entre les deux vidéastes ont été estimés à près de deux millions de dollars, de quoi susciter de nouvelles vocations parmi les YouTubeurs du monde entier.

L’héritage de la boxe en col blanc

Cette nouvelle tendance découle en fait de la “boxe en col blanc”, née aux Etats-Unis à la fin des années 80. « La tradition veut que des gars en Amérique, un avocat et un médecin, soient allés dans une salle de boxe à New York, aient demandé à être entraînés et à avoir un match de boxe (…) Ensuite, c’était les banquiers contre les banquiers, et cela a progressivement progressé depuis. » a déclaré Jon Leonard, directeur de la société Ultra White Collar Boxing, à la BBC. C’est en fait Bruce Silverglade, le propriétaire du Gleason’s Gym de New York, qui a pour la première fois organisé des rencontres entre les cols blancs de sa clientèle. Après en avoir lui-même fait l’expérience, le promoteur Alan Lacey a fait basculer cette nouvelle forme de compétition dans le monde de l’entertainment.

En juillet 2000, il s’est associé à Silverglade pour organiser le premier événement de boxe en col blanc, baptisé « Capital Punishment ». Les banquiers de Wall Street se sont affrontés sur le ring du Broadgate Arena de Londres, bénéficiant d’une très importante couverture médiatique. Des célébrités se sont elles-mêmes laissées tenter par l’expérience. On se souvient du combat opposant  le présentateur Leslie Dennis au comédien Ricky Gervais en 2003, ou encore des deux combats de Shaquille O’Neal face à Shane Mosley et De La Hoya, qui rappellent fortement les combats de foire de la Belle époque. Les YouTubeurs n’ont fait que reproduire ce modèle mais en y ajoutant une dimension vindicative puisque officiellement, c’est pour laver un affront que KSI et Joe Weller ont initié le mouvement. 

« La boxe façon YouTube est en train de sauver un sport mort »

“Le combat (opposant Logan Paul à KSI) a généré une hausse importante des abonnements, suscité l’intérêt des grands médias et fait connaître la boxe à un public complètement nouveau” jubile  Joseph Markowski auprès de l’AFP. Or, le vice-président de DAZN, plateforme sur laquelle était diffusé le combat, est loin d’être le seul à voir les choses de cette manière. Le légendaire Mike Tyson est allé jusqu’à affirmer que Jake Paul avait « ressuscité la boxe”, après avoir partagé l’affiche avec lui le 28 novembre 2020. Bien que les paroles enflammées d’ ”Iron Mike” soient en partie motivées par les intérêts communs des “légendes du ring” et des YouTubeurs, l’argument est parfaitement recevable. D’un côté, une partie des 40 millions d’abonnés cumulés par Logan Paul et KSI a sans doute été séduite par ce sport auquel elle ne se serait pas forcément intéressée autrement. D’autre part, on trouve en sous-carte de ces rencontres de véritables boxeurs professionnels qui bénéficient alors de la notoriété des influenceurs. C’est le cas de Regis Prograis et Ivan Redkach, qui boxeront en sous-carte de Jake Paul lors de son prochain combat face à Ben Askren le 17 août prochain. Alors où est le problème ?

Alors que l’immense majorité des boxeurs sont obligés d’exercer un travail en parallèle de leur carrière, des stars du net dépassent le million de dollars de recette en une soirée pour des prestations médiocres sur le plan sportif.

« Les réseaux sociaux vous ont tous mis trop à l’aise avec le fait de manquer de respect aux gens, sans vous faire casser la gueule pour cela » déplorait Mike Tyson dans une interview. Il semblerait que les YouTubeurs aient finalement trouvé une parade en restaurant la coutume du duel, mais en croisant les gants plutôt que le fer. Loin de l’esprit sportif de la boxe anglaise, cette pratique viriliste rétablit en fait la loi du plus fort et comporte des risques évidents pour la santé des protagonistes. Si le rappeur Snoop Dogg a encensé Jake Paul lorsqu’il a mis K.-O. Nate Robinson, leur différence de niveau de même que leur huit kilos d’écart nous empêchent de partager son enthousiasme. Une chance que l’ancien joueur de la NBA s’en soit tiré à bon compte, l’issue du combat aurait pu être dramatique.

Quoi qu’il en soit, les duels pugilistiques gagnent du terrain en dépassant le simple cadre du “YouTube game”. Les strongmen ont ainsi rejoint la partie avec en tête Hafthor Bjornsson, plus connu sous le nom du personnage qu’il incarne dans Game of Thrones : “la Montagne”. « Core Sports vient de m’offrir un contrat à sept chiffres, qui est le plus gros contrat de ma vie. Je l’ai déjà signé. Eddie Hall ouvre sa bouche depuis deux semaines maintenant et je sais qu’il a obtenu le même contrat. Alors Eddie, je viens de mettre KO ton record, et maintenant je suis prêt à te mettre KO sur le ring. Il est temps d’assumer et de signer le contrat Core Sports. Je suis prêt. Es-tu prêt, Eddie? » a-t-il lancé le 2 mai 2020 à son principal rival dans le domaine de la force. Le Britannique ayant relevé le défi, il semble que cette nouvelle mode ait encore de beaux jours devant elle, à tort ou à raison. 

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Back To Top