skip to Main Content

Comment sont jugés les combats de boxe professionnelle ?

Comment Sont Jugés Les Combats De Boxe Professionnelle ?

La décision du combat entre Tyson Fury et Deontay Wilder ce samedi a laissé de nombreux fans insatisfaits. Il est important de rappeler les critères des jugements de combats mais aussi en quoi ils réservent malgré tout une part de subjectivité.

Un combat peut se terminer avant la limite par KO, arrêt de l’arbitre ou abandon/jet de l’éponge. Si le combat va à son terme, une décision est rendue par 3 juges officiels afin de désigner un vainqueur. Selon les statistiques Compubox, Fury a dominé Wilder au nombre de coups donnés (84 contre 71). Malgré cela, il ne fut pas déclaré gagnant.

Deontay Wilder vs Tyson Fury - Compubox Punch Stats
Deontay Wilder vs Tyson Fury – Compubox Punch Stats

Il subsiste un raisonnement dans monde de la boxe- qui n’existe dans aucun règlement- mais qui dit que le challenger doit aller « chercher » la ceinture et dominer nettement le champion. Tyson Fury s’est appliqué sur ces qualités de mouvements et de contre. Il n’a peut être pas paru assez offensif et entreprenant pour les juges.

Steve Weisfeld est un juge américain qui officie depuis 1991. Il a jugé plus de 1600 combats dont 80 championnats du monde. Il revient sur les quatre critères admis lors de la décision des juges.

« Souvent, j’entends que les juges se concentrent sur quatre critères : les coups nets, l’agressivité efficace, la gestion du ring et la défense. Mais selon mon expérience et les discussions que j’ai eu avec les autres juges et durant des séminaires, les coups nets sont les plus importants. Les trois autres critères le rejoignent. Comment un boxeur est efficace ? En mettant les coups nets. Et la défense ? En touchant sans se faire toucher. Et la gestion du ring ? Un boxeur utilise le ring pour se mettre dans les meilleures dispositions pour mettre les coups les plus nets. »

C’est là qu’intervient une certaine subjectivité. On peut compter le nombre de coups, mais on ne peut pas évaluer la puissance de chaque coup donné. Par exemple, lors du 3ème combat entre Manny Pacquiao et Juan Manuel Marquez en 2011, Pacquiao a rentré plus de coups mais Marquez a touché avec les coups les plus puissants. Les rounds furent très serrés et dans ce genre de combat, il est difficile d’établir un vainqueur.

Par ailleurs, il faut rappeler que le jugement se fait round par round et non pas sur l’ensemble d’un combat. Hypothétiquement un boxeur A peut donner le plus grand nombre de coups nets sans être déclaré vainqueur, il faut en effet qu’il soit plus efficace que son adversaire sur plus de la moitié des rounds (7 rounds sur 12 pour un championnat du monde).

Les critères

Les coups nets :  La puissance au-dessus de la quantité. Les coups les plus nets et les plus puissants compteront plus au niveau du jugement.

L’aggressivité efficace (Effective aggressiveness) : Si un boxeur avance, « fait le combat » comme on dit, mais n’arrive pas à donner de coups nets et se fait contrer, il  ne domine pas. Souvent, les juges privilégient le boxeur qui met le plus de coups, sans réfléchir à l’efficacité, ou si les coups ont vraiment touché. Est-ce que le boxeur touche ou est-ce qu’il ne fait qu’avancer ?

La gestion du ring (Ring generalship) : Quel boxeur contrôle l’action et donne le tempo du round. Lequel arrive à mettre en place sa stratégie ?

La défense : Selon Le code sportif de la boxe professionnelle de la Fédération Française de boxe : « Esquives, parades, façon de rompre le combat. Les coups parés ou bloqués ne sont pas pris en compte. Seuls sont comptabilisés les coups portés régulièrement. Dans le corps à corps, l’appréciation du travail effectué porte sur l’efficacité offensive et la supériorité acquise. »

Cet article comporte 1 commentaire

Laisser un commentaire

Back To Top
×Close search
Rechercher